La chambre des officiers

La chambre des officiers.

chambre des officiers affiche

Drame réalisé en 2001 par François Dupeyron
Avec Eric Caravaca , Xavier de Guillebon , Catherine Arditi
Date de sortie : 26 septembre 2001

Au début du mois d’août 1914, Adrien, un jeune et séduisant lieutenant du génie, s’apprête à monter dans le train pour rejoindre son unité. Sur le quai de la gare, au milieu de la foule, il aborde Clémence qui vient de faire ses adieux à son mari et s’offre à lui, quelques instants plus tard. Derniers moments de bonheur pour Adrien.

Peu après, il effectue une reconnaissance à cheval non loin de la ligne de front, il est grièvement blessé par un éclat d’obus. La mâchoire à moitié déchiquetée, il est rapatrié à l’hôpital militaire parisien du Val de Grâce où il passe la guerre, dans la chambre des officiers : une pièce à part réservée aux gradés gravement défigurés par leurs blessures. Il a droit aux efforts du chirurgien, qui tente opérations sur opérations, durant 5 ans, pour lui rendre un visage. Ces 5 années lui auront permis de nouer des liens d’amitié avec ses compagnons de malheur. Il va apprendre à s’accepter pour se préparer à l’avenir et va tenter de retrouver Clémence (la femme dont il est amoureux).

Analyse :

  1. La vie des « gueules cassées  » :

Exclues de la société

Une vie de douleurs, physiques et morales (pas de langage, la peur de la vision des autres)

La dépendance par rapport aux autres

  1. Les progrès de la médecine :

On tente de nouvelles opérations, des greffes, …

  1. Le rôle des femmes pendant la guerre :

Rôle fondamental des infirmières avec leur soutien psychologique

Quelle séduction possible, même avec les prostituées où il faut payer très cher ?

  1. Les liens avec les familles (l’arrière) :

Importance du courrier puis des visites

  1. Le retour dans les familles :

Rejet de leur famille, d’où le suicide d’un blessé (reniement de son fils)

La mère d’Adrien appréhende son retour et le vit difficilement.

Positif : la scène du métro avec la petite fille

Ce contenu a été publié dans Histoire des arts. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *