La France et l’Europe en 1815

 

Objet : Cours histoire 4ème
Thème : révolution, Europe, congrès de Vienne, nation
Manuel utilisé : Hatier 2010

 

 

 

CHAPITRE 7 : La France et l’Europe en 1815

Introduction :

Frise page 103 /Carte 3 p.105/Carte 2 p.111

Tout au long de la Révolution, la France a eu des relations tendues avec ses voisins européens : de 1792 à 1815, elle a été en guerre. Après une phase de victoires et de conquêtes, elle a retrouvé ses frontières d’avant 89.

I. La révolution française et l’Europe (p.104 à 105)

Brouillon : Questions 1, 3 et 5 page 104 :

1. Les buts de la république française sont de proclamer la souveraineté du peuple, l’abolition des privilèges (dîmes, droits seigneuriaux) et d’annoncer l’arrivée de le liberté, de l’égalité, la paix, la fraternité, …

3. La France domine l’Espagne, l’Europe centrale, l’Italie, la Pologne.

5. Dans ces états, il demande la division en départements, la suppression des privilèges, la suppression du servage, l’égalité, la liberté de conscience et de presse.

Résumé : question 6 :

Résumé :

Les pays dominés par la France sont la Wesphalie, la confédération du Rhin, le duché de Varsovie, les royaumes de Naples, d’Italie, d’Espagne. Les transformations politiques sont la création des Etats ; les rois doivent accepter une limitation de leurs pouvoirs par une constitution. Au niveau social, les privilèges comme les droits seigneuriaux sont abolis ainsi que la dîme ; le code civil est mis en œuvre. Les idéaux de Liberté et d’Egalité, ainsi que les principes de souveraineté populaire sont diffusés.

II° L’essor du sentiment national (p.106-109)

Oral : Etude des documents pages 106-107

Question 6 p.107 :

Cette occupation française provoque la réaction de nombreux peuples : c’est la naissance du sentiment national. Par exemple, en Allemagne, après une période d’enthousiasme, les pillages et les abus de l’occupation fait prendre conscience aux allemands qu’ils forment un peuple, qu’ils ont une identité basée sur une langue commune. En Espagne, le soulèvement général de 1808 soutenu par les représentants de la religion catholique montre l’opposition du peuple au « nouveau Satan » qu’est devenu Napoléon.

LE TRES DE MAYO

 

tres de mayo

I° Identifier le document

Auteur : Goya, peintre espagnol

Nature : huile sur toile

Dimensions : 2.66 H x 3.45 L

Date : 1814, 6 ans après les événements décrits.

Conservé au musée du Prado à Madrid

II° Description :

La scène se passe de nuit au milieu de la nature, près d’une ville.

Le tableau peut être divisé en 3 parties :

L’armée de Napoléon représentée par des soldats vus de dos forme un bloc, dans l’ombre, prêts à tirer sur des civils. On ne voit que leur équipement, leurs jambes sont parallèles.

Les civils sont face aux soldats, sans défense.. L’accent est mis sur le personnage central, habillé d’une chemise blanche et est éclairé par la lampe centrale. D’autres civils sont déjà morts au 1er plan. Derrière le personnage central, on voit les futurs condamnés qui prient en attendant leur exécution.

Arrière plan : au centre : une colline, à droite : Madrid et une église.

III° Analyse et intérêt de la scène

Ce tableau représente la répression par l’armée de Napoléon des espagnols qui se sont révoltés le 2 mai 1808.

Les soldats sont perçus comme un bloc anonyme, ils représentent la force sans visage, aveugle, brutale. Les condamnés sont de simples villageois, ce qui pose des questions sur l’inégalité du combat. Le condamné du centre fait penser au Christ avec la croix qu’il fait par son corps et ses mains percées, il est vêtu d’une chemise blanche, symbole de pureté. L’aspect catholique est rappelé par le clocher. La file des personnes peut faire penser au chemin de croix.

La peur est montrée par les mains devant le visage, la révolte par les poings serrés, la prière par les mains jointes

Goya veut faire ressentir l’injustice et la férocité des soldats et de la guerre : des innocents sont mis à morts, ils sont désarmés.

Goya est un peintre engagé pour la défense du peuple espagnol.

III° L’Europe en 1815 (p103 et 110-111)

Questions sous les documents 2 et 3 + carte p.115 :

La carte de l’Europe est remodelée au congrès de Vienne de 1815 où les vainqueurs de Napoléon se partagent le continent : les puissances gagnantes sont l’Angleterre, la Russie, l’Autriche, la Prusse. La France retrouve ses frontières de 1791. Mais les nouveaux Etats ne correspondent pas aux nations : l’Autriche, la Russie regroupent de nombreuses nationalités qui elles-mêmes sont parfois écartelées entre plusieurs Etats.